ET SI ON COMMÉMORAIT ROBESPIERRE ?

Publié le par Michel Durant

L'Empereur avait un appétit d'ogre

Ah, entendre à longueur de journée depuis une semaine que la République Française, par le truchement de son Président, va commémorer la mort de l'empereur Napoléon 1er, me donne une furieuse envie de cracher sur cet homme qui prit le pouvoir par un coup d'état militaire, régna sans partage pendant 15 ans, fit tuer dans ses guerres incessantes 700 000 jeunes Français et tout autant d'autres Européens, rétablit l'esclavage aux Antilles, fit preuve d'antisémitisme et de misogynie et supprima la presse libre (96 journaux à Paris sous la Révolution et 4 seulement sous l'Empire en 1814).

Macron a un ego napoléonien

Monsieur Macron, qui fit, après son élection "triomphale" contre Le Pen, une entrée théâtrale dans l'Histoire par sa traversée solennelle de la cour du Louvre, tente de rallier à lui tous les partisans de l'ordre, les adorateurs de la grandeur de la France, les nostalgiques des batailles, les admirateurs des décorations, les verseurs de sang impur qui abreuve nos sillons. Par cette cérémonie aux Invalides avec somptueuse gerbe de fleurs et discours narcissique, chacun voit qu'il s'auto portraiture avec délectation. Vous aimez Napoléon, vous m'aimerez encore davantage !

Macron a oublié Robespierre

Puisque nous sommes le 6 mai, je vous propose de commémorer – sans célébrer* – le 263e anniversaire de la naissance de… Maximilien Robespierre, avocat, député à la Constituante en 1789, puis à la Convention en 1792, qui exerça le pouvoir du 27 juillet 1793 au 27 juillet 1794 (9 thermidor). Comme ce républicain est traîné dans la boue depuis deux siècles par la plupart des livres d'Histoire, j'ai plaisir à signaler qu'il est loin d'atteindre le niveau d'horreurs commises par Napoléon 1er qui fait pourtant l'admiration des foules. Il lui est reproché d'avoir exercé pendant un an un pouvoir tyrannique (contre 15 années pour Napoléon), d'avoir provoqué entre 30 et 40 000 morts sous La Terreur (les tribunaux révolutionnaires notent exactement 16 594 condamnations à mort). Mais ses nombreux adversaires oublient qu'il a été un défenseur de la paix, de la démocratie directe, de l'abolition de l'esclavage et des mesures économiques  en faveur des plus défavorisés (sa mort coïncidera avec le triomphe du libéralisme économique et les réactionnaires corrompus qui ont renversé Robespierre s'allieront bientôt avec un certain général… Bonaparte !) *Je fais une distinction entre commémorer (rappeler par une cérémonie le souvenir d'un événement ou d'une personne) et célébrer (faire l'éloge d'un événement ou d'une personne).

L'œuvre immortelle (et sanglante) d'Adolphe Thiers

Puisque le Président Macron adore les massacreurs, je lui propose d'inscrire à son agenda deux personnages de l'Histoire de France qui se sont illustrés dans cette catégorie où la France figure à une meilleure place que dans le classement mondial des universités. D'abord, Adolphe Thiers au prénom prémonitoire, dont on peut commémorer les exploits à l'occasion du 150e anniversaire de la Semaine Sanglante (21-28 mai 1871*) et ensuite le 172e anniversaire de la mort du général Bugeaud (10 juin 1849) qui s'illustra particulièrement en Afrique du Nord entre 1841 et 1847. On n'y fit pas le décompte des très nombreux morts mais on a retenu ses déclarations lapidaires : "Empêchez les Arabes de semer, de récolter, de pâturer. Brûlez tous les ans leurs cultures ou bien exterminez-les jusqu'au dernier. Si ces gredins se retirent dans leurs cavernes, enfumez-les comme des renards !" *Entre 10 et 20 000 morts plus autant de déportations.

Napoléon III rend son épée inutilisée et inutile aux Prussiens

Et si ça ne suffisait pas à rallier à lui les dizaines de généraux frondeurs, Macron pourrait venir à Vichy participer aux fêtes en l'honneur de Napoléon III, le neveu de l'autre, qui, à défaut de se couvrir de gloire sur les champs de bataille, capitula comme le premier Pétain venu dans une guerre où il s'était engagé comme un matamore, guerre qui vit la perte des trois départements d'Alsace-Moselle pour la reconquête desquels on fit la Première Guerre Mondiale. C'est certes un raccourci hardi mais je ne peux résister à la  tentation quand je vois et j'entends toutes ces balivernes nationalistes proférées pour le 200e anniversaire de la mort d'un tyran qui a passé son temps à fliquer toute une population (il fallait un passeport pour se déplacer hors de son canton). Pas étonnant que Macron admire Napoléon puisqu'il faudra bientôt un passeport vaccinal pour aller au cinéma…

Un bon programme pour être réélu ?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article