SORTIR DU COVID

Publié le par Michel Durant

Le danger n'empêche pas l'élégance

Virus, variants, vaccins, masques de toutes sortes, gel hydroalcoolique, gestes barrière, médicaments, tests, symptômes, contaminations, infectiologues, conseil scientifique, passe sanitaire ou vaccinal, protocole sanitaire, hospitalisations, réanimations, décès… on n'en finit pas d'accumuler les connaissances linguistiques et chacun, avant d'être malade se croit devenu médecin, voire virologue et y va de ses commentaires plus ou moins savants. Moi-même, n'est-ce pas…

Encore moins l'efficacité

Eh bien non. Moi, je n'y comprends rien et je me contente, en attendant d'être malade malgré mes doses réglementaires de vaccin (Janssen puis Pfizer), d'observer les pics, les caps et les promontoires de la pandémie, les affirmations et contradictions des spécialistes, les rodomontades du Président de la République, du Premier Ministre et du Ministre de la Santé qui n'en savent pas davantage mais prétendent naviguer en gardant le cap (les yeux fixés sur les sondages et le calendrier électoral).

Mais ça n'empêche pas le virus de frapper et les hôpitaux de se remplir…

Ainsi, sur la situation dans le système éducatif qui n'est pas loin d'être submergé tout comme le système de santé, alors même qu'à longueur d'interventions télévisées les membres du gouvernement se félicitent d'avoir maintenues ouvertes les écoles, on apprend que 19 000 classes sont fermées et que, dans celles qui sont ouvertes, nombreux  sont les absents, ce qui empêche d'avancer dans le sacro-saint programme. On laisse courir les contaminations sans l'avouer, on maintient les écoles ouvertes pour qu'elles servent de garderie et pour que les parents puissent continuer d'aller travailler. Plus il y aura de contaminations de ce variant moins létal, plus on approchera de la fin de la pandémie* en priant que ce soit avant le scrutin présidentiel. *Depuis 2020, en France, on est à 15 millions de contaminés et 127 000 morts. Mais au rythme actuel de 500 000 ou un million de contaminations par jour, on sera à 45 millions de contaminés fin février et à 60 fin mars.

…ni les charlatans de promettre la Lune…

Pfizer a obtenu hier l'autorisation de mise sur le marché (AMM) de son antiviral au nom imprononçable le Paxlovid déjà en  fonction aux USA, au Canada, en Israël et en Corée du Sud (en Corée du Nord, on préfère lancer des missiles) efficace à 89%. Déconseillée aux femmes enceintes, la pilule magique doit être prise dès les premiers symptômes pendant 5 jours à raison de 6 pilules par jour. La France devrait disposer de 500 000 doses qui ne suffiront pas à endiguer la vague des contaminations. Et puis, on va voir arriver un nouveau variant (omicron bis) dont on ne sait pratiquement rien sauf qu'il fera causer, comme son cousin !

…ni le lobby alcoolo de vendre sa camelote !

Dans un siècle, en 2122, on pourra rire (ou pleurer) des ennuis de Boris Johnson, des décès conjoints des jumeaux Bogdanov et de l'hexachloroquine de Raoult. Mais, déjà, on a le recul nécessaire pour considérer avec sérénité la pandémie de grippe espagnole qui a ravagé la population mondiale de 1918 à 1920. Cinquante millions de morts, deux fois plus que la Première Guerre Mondiale. On peut aussi se reporter à la grippe asiatique qui frappa le monde en 1957-58. En France, le gouvernement Guy Mollet minimisa la situation, beaucoup moins grave pour lui que la Guerre d'Algérie. Le porte-parole du gouvernement affirmait que "la situation ne justifie pas d'inquiétude particulière" ce qui rappelle la position d'Agnès Buzyn le 20 février 2020 assurant que "le risque de propagation est très faible" (c'est sans doute ce trait d'esprit qui lui a valu d'être décorée de la Légion d'honneur !). Pourtant, un médecin du Nord de la France témoignait : "Je commençais mes visites à domicile dès 7h du matin, non-stop jusqu'à 23h, et à pied. J'arpentais les rues du quartier de bout en bout et j'entrais dans toutes les maisons. Les gens n'avaient même plus la force de se lever pour m'accueillir. Toute la famille était au lit avec de la température. Je voyais jusqu'à cent patients par jour." On parle de 100 000 morts en France et 2 millions dans le monde. C'était ma première année d'enseignement. L'école fonctionnait au ralenti. Il me manquait un quart des élèves jusqu'à ce que je sois frappé à mon tour (on ne portait pas de masque et on ne prenait aucune précaution). Je suis resté alité cinq jours avec une fièvre carabinée, bichonné par la patronne de la pension de famille qui m'hébergeait. On est sorti de la grippe espagnole, de la grippe asiatique, on sortira bien du Covid. Dans quel état ? Voisin du Massasuchetts.

P-S  : Les illustrations, pour dater d'un siècle, n'en sont pas moins instructives.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article